jeudi, juin 26, 2008

Tout simplement



Bon allez parlons un peu en citant pour commencer un petit extrait de ma dernière lecture :

"Un jour, Juderose a révélè à Billy une chose intéressante à propos d'un livre qui n'étais pas de science-fiction. Il lui a dit que tous les fruits de l'expérience humaine étaient contenus dans Les frères Karamazov de Dostoïevski. " Mais de nos jours, ça ne suffit plus.", a-t-il ajouté.

Billy a eu également l'occasion d'entendre Juderose avertir un psychiatre : "J'ai l'impression qu'il va falloir que votre corporation invente une série de mensonges inédits et merveilleux, ou les gens vont simplement renoncer à vivre."


Abattoir 5 ou La Croisade des enfants , Kurt Vonnegut
( pages 92 et 93, Edition Points)

C'est à la fois drôle et effrayant, amusant et sordide ...

Dernièrement, je ne suis pas trop bavard car disons que ce que j'écris, risquerait de faire fuir mes 4 lecteurs ou plutôt commentateurs, devrais-je dire .
Mais je vais tâcher de me motiver intérieurement pour vous donner quelque chose de palpable d'un point de vue " intéressant" pour vous et ainsi vous remercier de votre présence.

Est-ce que j'en fait un peu trop ? Non, je ne pense pas. J'écris pour ma propre santé mentale mais le fait que certains lisent, voire certains apprécient ces quelques textes, ne peut que m'aider à franchir certaines étapes plus ou moins difficiles sur ce long chemin pénible et parfois magnifique qu'est la vie.

Vous voyez, enfin, vous lisez plutôt, que vous m'influencez même malgré moi ...
Je vais pas mal bouger durant Juillet donc cela risque d'influencer mes dépôts journaliers de messages mais je vais tâcher d'écrire encore plus, éventuellement des nouvelles ou autres afin de me rattraper ...

Vanitas vanitatum omnia vanitas ...





3 commentaires:

Anonyme a dit…

Texte apprécié!
Tout simplement.
Biz de B.

MrSauvage a dit…

Richier, bien, bonne réference!
Pour le bouquin de Kurt Vonnegut, mon passage préferé est quand le narrateur regarde un documentaire sur les bombardement, mais comme il l'a déjà vu, il décide de le regarder à l'envers; les chasseurs réparent les bombardiers ennemis, qui avalent les bombes avalant elles-mêmes le feu et la fureur, puis les bombardier rapportent les bombes à l'usine, ou elles sont méticuleusement démontées, et enfin, les produits chimiques sont séparés pour leur rendre leur état de minéraux innofensifs, qu'un ouvrier est finalement chargé de cacher dans une mine...

Molécule a dit…

Wow! Je ne me souvenais plus de ces passage. C'est hallucinant. J'ai lu tout (ou presque) de Vonnegut dans les années 90. Quelle plume!