vendredi, janvier 19, 2007

Noeud-rhône

Mon pequeño Bastardo me pose une question du haut de ses 4 pommes :

"Comment il fait le cerveau pour respirer dans la tête ?"
...
...
...
...
J'suis pas couché ...


Sinon ...pour faire un changement drastique à mes habitudes, je démisionne encore ...
Une fois de plus, je pars rejoindre mon ex-futur collègue, j'ai nommé le Bien-Pensant Ramon, le Justicier Saxophoniste, et en plus, il semblerait que l'on risque, possiblement, de travailler ensemble ...

les Pauvres ...
Allez, c'est pas tout ça mais j'ai quand même du boulot à faire !



Description du cerveau humain

Le cerveau est un renflement du névraxe des vertébrés. Il dérive de l'ectoderme et résulte des transformations de la première vésicule de la partie antérieure du tube médullaire (figure A). Logé dans la boîte crânienne, il a la forme d'un ovoïde à face inférieure aplatie. Son poids, variable, est, en moyenne, de 1,157 grammes chez l'homme, et de 995 grammes chez la femme. Outre son enveloppe osseuse, le cerveau est protégé par trois membranes : la dure-mère, la plus extérieure ; la pie-mère, en rapport direct avec la surface cérébrale, et, entre les deux, servant de séreuse, l'arachnoïde.

Par suite de sa symétrie, on décrit au cerveau deux hémisphères, réunis entre eux par les fibres transversales du corps calleux. Entre les deux hémisphères s'insinue un prolongement de la dure-mère, la faux du cerveau.

La surface du cerveau, lisse chez quelques animaux inférieurs, présente, chez les vertébrés supérieurs (appelés pour ce motif gyrencéphales), de nombreuses saillies dites circonvolutions, séparées par des dépressions dites sillons ou scissures. Ces circonvolutions témoignent du grand développement de la substance grise de l'écorce du cerveau; elles en augmentent la surface. Chez l'humain, c'est un véritable fouillis : Gratiolet, le premier, a pu en faire une description. Le cerveau des singes, beaucoup moins incisé, représente comme le schéma de celui de l'humain, et son étude a beaucoup contribué à débrouiller le chaos des circonvolutions. Il y a des variations individuelles, par prédominance de certaines facultés, mais le plan fondamental subsiste toujours. Les figures C, D, E, montrent les principales dépressions et saillies du cerveau.

La conformation intérieure du cerveau est complexe. Une coupe tangentielle à la face supérieure du corps calleux permet d'apercevoir, au centre de chaque hémisphère, une masse blanche, dite centre ovale de Vieussens, circonscrite par la substance grise de l'écorce cérébrale. Si l'on enlève le corps calleux, on rencontre : sur la ligne médiane, une lame de substance blanche, le trigone cérébral; de chaque côté, deux grandes cavités, les ventricules latéraux, tapissés par la membrane épendymaire. Sous le trigone, une lame vasculaire s'étale, la toile choroïdienne, logeant dans sa partie postérieure la glande pinéale. Enfin, encore au-dessous, une troisième cavité médiane, le ventricule moyen ou troisième ventricule, communiquant avec les deux premiers par les trous de Monro.

© Serge Jodra, 2005 - 2006. - Reproduction interdite.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Alors...Mr bastardo...
vous pourriez peut être souffler à la petite oreille du petit Pequenio junior (que je l'adore) et que le cerveau fait comme l'intestin quand il a besoin de respirer!
(certaine qu'en regardant ds ces yeux vous y verrez cintiller toute son imagination de p'tit filou...)

B. qui a le boyau d'la rigolade en l'air et le cerveau en vrac...heu ...non, c'est l'inverse...enfin j'sais plus...

Aller hop. j'm'en vais.

DeluxeMan a dit…

As tu deja demissionne? Prends mes papiers pour le chomage en partant!